Identification visuelle du TLFQ
·Accueil··Fonds documentaires··Thèses et mémoires··Publications··Ressources Internet··Textes··Plan du site·

Le fonds patrimonial réuni au TLFQ

Les fonds documentaires qui ont été constitués peuvent être répartis en quatre catégories: a. Fichiers et dossiers de mots (documentation papier); b. Autres fonds linguistiques en dépôt au TLFQ; c. Bibliothèque; d. Bases de données informatisées.

a. Fichiers et dossiers de mots

1. Le fichier lexical du TLFQ (ou FTLFQ): 33 classeurs (à 5 tiroirs chacun) qui occupent une salle entière. Ce fichier lexical a été constitué à partir du dépouillement de diverses sources: documents d'archives (manuscrits ou imprimés), journaux et autres périodiques non scientifiques, littérature, manuscrits de radioromans et de téléromans, études savantes, sources orales (incluant des enregistrements magnétiques), manuscrits et enquêtes sur le terrain. Le FTLFQ contient actuellement plus de 1 200 000 fiches manuscrites comportant chacune un ou plusieurs exemples d'emploi d'un mot; ces exemples couvrent une période qui commence avec les voyages de Cartier et s'étend jusqu'à nos jours. C'est sans conteste la principale pièce patrimoniale dont il faut absolument assurer la conservation et dont il faut favoriser l'exploitation et la diffusion (voir FLI).

Pour avoir une idée de la richesse de la documentation réunie dans le FTLFQ, on peut consulter le bilan synthétique des dépouillements ou le bilan détaillé. Voici quatre dossiers de mots qui illustrent la pertinence de cette documentation pour l'étude de la formation du français québécois :

2. Le fichier de la Société du parler français au Canada (ou FSPFC), meuble à 16 tiroirs du début du 20e siècle dans lequel sont classés des milliers de relevés effectués par des membres de la Société du parler français au Canada dans la première décennie du 20e siècle, de même que les résultats de son enquête géolinguistique (lettres A, B et C, 1904-1907) de la Société. Les relevés figurent sur des cartes de visite (dimension moyenne: 6cm sur 10cm) et sont signés de la main des premiers membres de la Société. Les résultats des enquêtes, quant à eux, figurent sur des cartons uniformes (12,5cm sur 17,5cm).

3. Un fichier de dossiers de mots établis par l'équipe du TLFQ en vue du dictionnaire. Chacun des mots appelés à figurer dans le dictionnaire a fait (ou fera) l'objet d'une recherche approfondie : histoire (provenance et évolution), répartition sur le territoire, relevé des dictionnaires de France qui en ont fait mention, etc. Ce fichier compte sept classeurs et réunit actuellement plus de 3000 dossiers. Ces dossiers doivent absolument être conservés puisqu'ils présentent un bilan complet des emplois actuels des mots, de leurs origines, en somme de l'évolution des québécismes d'hier et d'aujourd'hui, incluant leur répartition sur le territoire, la correspondance échangée avec des spécialistes, des archivistes, les copies de documents originaux, les premiers essais d'articles, etc.

4. Le fichier Gaston Dulong. Ce fichier, qui compte six ou sept classeurs, a été constitué entre le début des années 1950 et les années 1970. Il est pour l'instant entreposé au sous-sol du pavillon Charles-de-Koninck.

b. Autres fonds linguistiques en dépôt au TLFQ

Des collègues de diverses universités du Québec ont déposé au TLFQ une copie de leurs corpus de langue orale sous la forme de documents transcrits. Ces corpus ont été transmis dans un format de concordances (listes alphabétiques d'unités lexicales accompagnées d'un contexte). Il s'agit des corpus suivants:

c. Bibliothèque

Bibliothèque spécialisée sur le français québécois et nord-américain ainsi que sur l'histoire du français et de ses dialectes. Cette bibliothèque contient notamment une bonne partie des sources dépouillées en vue du fichier lexical, des dictionnaires français, anglais ou autres (dont les plus anciens peuvent être sur microfiches), des atlas linguistiques et des dictionnaires des parlers de France, des études linguistiques, des mémoires et des thèses sur le français du Québec, de l'Acadie et de la Louisiane, etc. Parmi les ouvrages que contient la bibliothèque du TLFQ, les deux ouvrages suivants constituent eux-mêmes des corpus de grande valeur:

La bibliothèque du TLFQ est visitée régulièrement par des chercheurs venant de nombreux pays.

d. Bases de données informatisées

Le TLFQ a constitué des bases de données informatisées en vue de la recherche et pour la diffusion des résultats. En voici les plus importantes. Elles sont accessibles par Internet. Ces bases de données représentent le résultat d'une réflexion sur la langue et font désormais partie de notre patrimoine culturel.

1. Fichier lexical informatisé (ou FLI). Corpus de quelque 400 000 fiches [relevé du 24 octobre 2011] tirées du FTLFQ. Cette base a été réalisée grâce à des subventions reçues du Secrétariat à la politique linguistique du gouvernement du Québec (projet de numérisation 2005-2010), et grâce à l'appui de l'Université Laval.

2. Index lexicologique québécois (ou ILQ). Cet index informatisé (près de 510 000 relevés) donne la liste des mots et expressions ayant fait l'objet d'une étude ou d'un commentaire dans l'une ou l'autre des sources suivantes depuis le milieu du 18e siècle: glossaires, manuels de bon usage, listes de mots, dictionnaires, articles dans des revues, chroniques de langage, thèses, etc. Grâce à l'ILQ, on peut avoir la référence aux textes où tel ou tel québécisme est traité. L'ILQ autorise également des recherches par thèmes (environ 126 sujets différents).

3. Base de données lexicographiques panfrancophone (ou BDLP). Base de données réalisée par le groupe international du Trésor des vocabulaires français qui réunit actuellement des équipes de vingt-deux pays ou régions de la francophonie [20 bases étaient en ligne le 24 octobre 2011]. La BDLP vise à regrouper les données portant sur les particularités des diverses variétés géographiques du français dans le monde, incluant les français régionaux de France. La section québécoise de cette base repose sur les données du Dictionnaire historique du français québécois (1998) et inclut 570 articles rédigés depuis. Elle contient en outre des extraits sonores (prononciations de mots et d'expressions) et une centaine d'images (fruit d'un projet de collaboration avec le Musée de la civilisation du Québec). Cette base offre des possibilités de recherche remarquables, autorisant des rapprochements avec les usages des autres pays francophones.

4. Base QUÉBÉTEXT. Base de données textuelles qui est formée de quatre corpus. Le premier se compose d'environ 120 textes littéraires (une vingtaine de ces textes, s'échelonnant de 1837 à 1919, sont accessibles sur Internet; les autres, qui ne sont pas affranchis des droits d'auteur, ne peuvent être interrogés qu'au TLFQ). Le second corpus est constitué de 38 articles ou extraits d'ouvrages portant sur l'anglicisme au Québec et publiés entre 1826 et 1930. Le troisième corpus réunit 82 témoignages (1653-1899) de visiteurs étrangers sur le français du Canada. Le quatrième réunit les préfaces des principales sources lexicographiques québécoises publiées entre 1841 et 1957.